jeudi 30 avril 2015

Zoom sur... Le ROMARIN

Voici le premier article (d'une longue série j'espère !) consacré à une plante de ma production.
Toujours dans l'idée de partager ma passion avec vous, je vous livrerai dans ces "zooms" des détails techniques, paysagers, environnementaux, amusants même parfois !, sur des espèces que vous retrouvez sur mon stand sous les formes variées de mes produits !
Bonne lecture.

Le paysage :
Le site de romarin que je récolte est localisé dans le nord de l'Hérault, sur le piémont Cévenol, sur une immense zone de 500ha environ (5km²) absolument sauvage. L'altitude oscille entre 300 et 500m, et le paysage est très chaotique, avec beaucoup de rochers affleurants.


Bref historique :
Sur ce terrain calcaire à dolomie (roche sédimentaire), historiquement boisé de Pin (noir) de Salzmann, se sont succédés entre 1960 et 1983 plusieurs incendies ravageurs.
Le Romarin existait de façon clairsemée en sous-étage forestier, mais ces feux, un désastre pour la forêt, auront par contre été une aubaine pour lui, "explosant" alors pour devenir l'espèce dominante du paysage.
Après une phase de développement de 12-15 ans environ, puis une phase stable de 8-10 ans environ, le déclin du Romarin semble aujourd'hui amorcé sur la zone, laissant à son tour la place à d'autres espèces qui mèneront naturellement à la forêt. En parallèle, l'ONF (Office National des Forêts, gestionnaire du site) avait replanté massivement des plants de Pin de Salzmann, avec un succès mitigé sur ces sols délavés et minéraux ; cependant, les arbres parvenus à s'implanter dominent à présent le reste de la végétation, au détriment de celle-ci.
Outre plusieurs cueilleurs, d'autres utilisateurs fréquentent le site : randonneurs, apiculteurs, ONF, chasseurs, berger, ce qui permet quelques rencontres sympathiques pendant la cueillette... Je me souviens par exemple d'une apicultrice venant contrôler son rucher, et qui m'avait offert un rayon brut, à déguster tel quel, miel et cire au romarin... Quel régal !

La cueillette :
La floraison du Romarin est assez échelonnée du fait des hivers relativement doux et étés chauds. Par conséquent, la période de récolte est assez souple. Cependant, je m'applique à le cueillir avant la pousse de printemps, stimulant ainsi la ramification et la croissance (une taille plus tardive épuiserait la plante en la privant de feuilles durant l'été).
Le rythme de cueillette varie de 10 à 15kg/h, je prévois donc chaque année plusieurs jours de cueillette sur le site. 



La distillation :
Je distille le Romarin 1h30 afin d'extraire l'Huile essentielle complète.
Le rendement de l'huile essentielle est d'environ 1-1,2% (1L d'HE pour 100kg de feuilles)
Cette Huile essentielle contient principalement du camphre et du 1,8 cinéol (=eucalyptol).
La distillation me fournit aussi une Eau florale, très aromatique, employée en lotion ou en interne.
Une partie de ma récolte est aussi destinée au séchage. Vous retrouverez du Romarin dans mes Herbes de Provence, mon Sel aux herbes de Provence, et dans plusieurs mélanges de tisanes, pour ses vertus toniques, digestives, anti-infectieuses, etc.
Bonnes dégustations !

1 commentaire :